SINGAPOUR, VERSION BACKPACKER

SINGAPOUR, VERSION BACKPACKER

Pays totalement pas prévus, mais pourquoi pas !

Du 10 au 16 juin 2016


Alors Singapour, ce n’était encore une fois, pas du tout prévu. J’avais, en réalité, une problématique à régler : J’étais rentrée sur le territoire thaïlandais le 22 mai, donc mon Visa touriste était bon jusqu’au 22 juin, mais, j’avais une pote qui venait me rejoindre du 16 au 30 juin en Thaïlande. Merde, mon visa aura expiré d’ici là. Donc, entre le moment au ma mère part (le 10 juin) et le moment où ma pote arrive, il faut que je sorte du territoire et re rentre pour avoir de nouveau 1 mois de Visa touriste, ou que je prolonge mon visa touriste actuel (ce qui veut dire payer). Bon, je suis un peu allergique à la paperasse et je me dis, quitte à dépenser de l’argent pour prolonger mon Visa, autant en dépenser un peu plus pour un aller-retour en avion et connaitre un autre pays.

Je poste donc un message sur le groupe facebook de backpacker après avoir vérifier les vols les moins chers au départ de Bangkok :

« Salut les copains ! Je passe 3 semaines en Thaïlande avec une personne puis une autre me rejoint ensuite pour passer 2 autres semaines. Entre les deux, j’ai 5-6 jours et il faut donc que je sorte et re rentre dans le pays. J’ai vu qu’il y avait des vols pas très cher pour : Kuala Lumpur et Rangoun. Est ce que l’une de ces deux villes vaut le coup d’y aller pour si peu de temps ? Merci ! »

Et du coup on m’a conseillé d’aller à Singapour ! Hop on est parti et c’est mon dixième pays ! Champagne ! Je n’ai absolument rien organisé mais je sais que la ville (pays?) est très TRÈS chère ! C’est en réalité une des plus chère au monde.

Et merde, j’avais pas prévu ça dans mon budget moi, comment je vais faire ?

Réponse : le Couchsurfing !

Vous savez, ce site internet qui permet d’accueillir des gens, voyageurs ou autre, chez vous et réciproquement, vous pouvez trouver un hôte partout dans le monde. Tout ça pour zéro euro ! Alors oui ça permet de faire des économies de ouf mais ça permet aussi de rencontrer du monde et en plus des locaux. J’ai souvent utilisé ce site et j’ai eu des expériences incroyables grâce à ça. J’ai rencontré des gens extraordinaires avec le cœur sur le main. Je me suis dis que je pouvais le faire sur Singapour, surtout que ça faisait un moment que je n’en avais pas fait. Donc je poste mon « public trip » où j’indique que je serai bientôt sur Singapour et Padam ! Je reçois des dizaines d’offres d’hébergement. Cool ! Ça m’enlève une épine du pied! Je remercie tout le monde et je reste en contact avec deux d’entre eux et qu’est ce que j’ai bien choisi ! J’ai rarement été aussi bien accueillie ! J’ai passé une semaine de rêve sur Singapour.

Les deux étaient aux petits soins avec moi, super sympas, adorables, intéressants, bref j’arrête là les compliments. Je sais que tout au long de mon voyage j’ai toujours eu ma chance avec moi, et là encore une fois elle était présente et m’a permis de les rencontrer.

Le 10 juin 2016   

J’arrive à l’aéroport de Singapour après avoir payé un surplus pour mon sac : et oui tête en l’air comme je suis, je n’avais pas fait gaf que le bagage n’était pas inclus dans mon billet. Bon c’était la première fois que ça m’arrivait et ce n’est que de l’argent, on sourit et on passe à autre chose. Mais je serai plus vigilante à l’avenir quand j’achèterai mon billet.


Nouveau pays, nouveau choc culturel

C’est un tout nouveau monde que j’ai devant les yeux. Mon couchsurfing me dit d’aller dans une centre commercial et de l’attendre là bas. Tout est moderne, propre, voir peut-être trop propre, mais je kiff ! Après la saleté, le bruit et la pollution de Bangkok, ça fait vraiment du bien. Bon les panneaux d’interdiction sont partout. Dans le métro (enfin MRT comme on dit ici), il est interdit de manger, de boire, et de je ne sais plus quoi. Singapour c’est le « Fine country » (pays des amendes). Et elles sont tellement élevées que tout le monde respecte, tout le monde marche droit. Alors certains aiment, d’autres détestent… Moi, (car c’est quand même mon blog), j’ai adoré même s’il faut tout de même se rendre compte des côtés négatifs de cette rigidité. En tant que fumeur par exemple. Alors j’ai toujours un peu honte de dire que je fume (le tabac c’est tabou ! On en viendra tous à bout), mais à Singapour je me sentais carrément comme une criminelle. Tu cherche un peu de sensations fortes ? Allumes une clope à Singapour ! J’étais toujours à la recherche d’autres fumeurs pour être sûre que là où j’étais, je pouvais fumer. Bon j’exagère un peu car en vrai il suffit de chercher un cendrier et là tu sais que tu peux.

Les règles dans le métro !

Autre chose qui peut surprendre : Singapour c’est le premier pays que je visite où l’interculturalité est tant présente. Et franchement, ça fait plaisir à voir. Ici, on voit des chinois, des indiens, des philippins, des européens, des asiatiques de partout, des bouddhistes, des indous, des musulmans, des chrétiens et tous, vivent en harmonie. Dans le métro les consignes sont écrites en anglais, malais, mandarin et je ne sais plus quoi. un pays, quatre langues, je ne sais combien de nationalités du monde entier, toutes les religions possibles, et tous vivent en paix. On devrait vraiment prendre exemple sur eux. Bref, trop de love.

Par contre chose étrange : je cherche du wifi pour passer le temps mais pas moyen ! Il n’y en a ni au Macdonald, ni au Subway, ni au Burger King, nul part. Mais ce n’est pas censé être super moderne Singapour ? Et qui dit moderne dit connexion wifi, non? Enfin, on est censé avoir du wifi dans les stations de métro mais pour moi ça n’a jamais marché.

Je rencontre mon hôte couchsurfing et … c’est un indien ! Officiellement, le premier indien que je rencontre dans ma vie. Bon ben, il a pas un accent chelou, il dandine pas de la tête, il a pas un point rouge au milieu du front, non rien de tout ça. Ah stéréotype quand tu nous tient ! C’est aussi pour cela qu’il faut voyager les amis : ouvrir ses horizons et son esprit. On passe une super soirée à refaire le monde. Encore une superbe rencontre. Trop de love.


Comment dépenser le moins possible à Singapour ? 

Comme toujours, mon objectif était de dépenser le moins possible, et oui je suis une backpackeuse quoi, pas de tune ! Mais ici, à Singapour, c’est encore plus un challenge. Challenge accepted ! (Petite référence pour ceux qui reconnaîtront).

Bon déjà le logement, j’en ai déjà parlé, faites du couchsurfing. Il y a je ne sais combien d’hôtes sur Singapour. Alors oui, c’est plus simple quand on est seulE, on va pas se mentir, c’est plus simple pour les filles. C’est injuste mais c’est comme ça. Sorry guys !  Sinon, solution de secourt : il y a moyen de trouver des auberges de jeunesse pas si chères que ça à 10 euros le lit en dortoir. Je ne m’avance pas sur la propreté etc mais ça reste franchement abordable.

Pour le transport, il y a pas à chercher midi à quatorze heure, la solution c’est le MRT, le métro quoi. Alors si vous restez une semaine comme moi, on peut acheter une carte, et on a son passe Navigo ! La carte en elle-même coûte 5 dollars et le rechargement minimal est de 10 dollars. Après vous pouvez rechercher de 50 dollars si vous voulez, dans tous les cas vous pouvez vous faire rembourser ce qu’il vous reste à la fin de votre séjour. Par contre, les 5 dollars ne sont pas remboursable eux, mais bon ça équivaut à 3 euros et quelques (1euro=1dollar50) étalé sur une semaine, ça passe. Sinon, pour les séjours plus court, vous pouvez juste prendre un ticket (et vous laisserez, à l’automate, une caution de 1 dollar pour ce ticket). Après vous payez chaque trajet entre 1 et 1,9 dollars, ça dépend de la distance. Donc ça, bon ben c’est un des trucs les moins chers de Singapour.

La partie que je préfère, la bouf ! Personnellement, le 7/11 est devenu mon meilleur ami. Vous savez ce petit magasin qu’on trouve partout et tout le temps ouvert ! On peut y trouver des sandwich vraiment pas cher, et op ça fait un repas ! Sinon à Chinatown et dans tous les fastfood vous pouvez manger pour 5 dollars. Quand on vient de Thaïlande où on mangeait pour un euro, ça peut faire cher, je vous l’accorde, mais c’est le moins cher que j’ai trouvé. Sinon vous avez les Food Court. Un lieu où vous avez une multitude de choix question alimentaire avec plein stands différents et pour pas cher ! Google est votre ami sur ce coup là, il y en a plusieurs dans Singapour, suffit de chercher sur internet. Question prix, vous pouvez vous en sortir pour 5 euros, c’est pas si mal.

Enfin, les loisirs, les sorties, les visites, tout le reste quoi ! Alors, si on veut faire, le zoo ou l’aquarium, là oui on va claquer de la tune. Si tu veux sortir le soir, soit tu es une fille, tu souries et tu te fais payer des verres (oh c’est bon tout le monde l’a fait), soit tu tu payes ! Mais sinon, il y a possibilité de faire pas mal de choses sur Singapour sans vraiment dépenser, il te faut simplement une paire de jambe, ou de quoi avancer quoi.

  • Faire le tour des buldings sur Marina Bay dont le plus impressionnant en forme de bateau à Marina Bay et aller voir le fameux Merlion ! Et le soir à 20h et 21h30, sur l’esplanade, il y a le Laser Show, un spectacle d’eau, de son et de lumière gratuit ! – Gratuit
  • Faire un tour dans Garden by the Bay, si tu ne rentres pas dans les deux domes, qui franchement ne valent pas tant le coup que ça. Ne ratez pas le spectacle de lumières des Supergrove Trees à 19 h 45 et 20 h 45- Gratuit
  • Et si vous voulez vraiment faire de la randonnée en pleine nature et même dans la jungle, c’est possible ! Rendez vous au MacRitchie Nature Trail & Reservoir Park.  Vous pouvez aussi faire le Southern Ridges, balade d’environ 9km. Pour vous y rendre prendre le MRT jusqu’à Kent ride (ligne orange) de là, vous pouvez rejoindre Kent Ride Park depuis  la rue Science park. Ensuite il n’y a plus qu’à descendre jusqu’au mont Faber. la balade commence par Kent Ridge park puis vous arrivez dans Hort Park. Vous traversez ensuite un pont blanc en forme de feuille et de là commence le « elevated walkway », une balade sur des passerelle dans la jungle… grandiose ! Ensuite, traversez « Henderson Waves » , pont en forme de vague de 36 m de haut, et de là on rejoint le Mont Faber qui descend ensuite vers le MRT Harbourtfront/vivo city. Voilà !
  • Envie de verdure ? Allez vous balader au jardin botanique accessible avec le MRT. Il est gratuit, il n’y a qu’une partie avec les orchidée qui coûte 3euros. 
  • Faire un tour dans les différents quartiers : Indien, Arabe, Chinois. En plus tu pourras rentrer dans quelques temples, attention, couvre ton corps. Et je te conseils vivement d’aller dans le quartier arabe le soir, pour voir sa mosquée éclairées de milles feu, c’est magnifique ma chérie! – Gratuit
  • Faire un tour à Sentosa, l’île artificielle de Singapour, le m’as tu vu à tout prix, le fake mais pourquoi pas – Alors là c’est pas gratuit faut payer le transport 4 dollars je crois.
  • Faire des sorties avec Couchsurfing ! Et oui regardez ce qu’il y a d’organisé sur le site. Par exemple, tous les samedis aprés-midi, c’est beach volley ! Trop coooooool !
  • ASTUCE ! Cela concerne surtout les gens qui passent en coup de vent à Singapour avec un transit de quelques heures. La compagnie aérienne Singapore Airline propose des visites guidées de la ville. Cliquez ici pour avoir plus d’informations.

Alors moi qu’est ce que j’ai fait là bas?


Le 11 juin 2016

Le soleil n’est pas avec moi mais je m’en fous, je vais voir Marina Bay ! J’hallucine devant les immeubles et j’en attrape un torticolis à avoir toujours la tête en l’air. C’est beau, c’est propre, c’est moderne. Je rentre dans le parc Garden by the bay et franchement c’est super beau. Imaginez, en arrière plan, la grande roue et ces immeubles qui brillent même s’il n’y a pas de soleil, devant une fontaine, et entre les deux le parc d’où sortent ces arbres dignes d’Avatar.

Alors, je me balade toute seule comme une grande quand je tombe sur deux messieurs qui me demandent de les prendre en photo. Pas de soucis. Et me voilà qui tape la discut’ avec eux, avec le peu d’anglais que j’ai et qu’ils ont. On marche, tu viens d’où ?- blablabla, et on se retrouve devant les fameux dômes, qui de l’extérieur, il n’y a pas à dire, envoient du pâté. Euuuh désolée les gars mais moi je ne peux pas me permettre de payer pour rentrer dedans. Ils avaient un peu du mal à comprendre le principe du backpacker, du voyageur un peu radin, ben oui, eux logeaient au Marina Bay, la chambre à je ne sais combien de dollars la nuit. Ben c’est pas grave, on te paye l’entrée. Humm, je réfléchis un quart de minute (ou 15 secondes), est ce que ça fait profiteuse si je dis oui ? Au pire, on s’en fout, ils t’invitent, c’est leur problème. Et donc j’ai pu entrer dans ces fameux dômes pour zéro euro ! Ma chance continue de m’accompagner. Bon alors, on parle de l’intérieur ? Franchement nul, enfin si on parle rapport qualité/prix. (Pour info c’est 28$ singapouriens pour les deux dômes, soit 19 euros). J’ai commencé par le dôme jungle dans les nuages… où sont les nuages? j’imaginais un truc un peu magique mais bon, je suis restée sur ma faim. Puis le deuxième, le dôme de fleurs, alors c’est déjà un peu mieux. En plus moi j’y suis allée il faisait déjà nuit donc ça donnait un air un peu mystique à tout ça. Après voilà, c’est surtout un champ d’orchidées, c’est beau il n’y a pas à dire, mais de là à payer quasiment 20 euros…. noooon !

On sort, et là le spectacle de son et lumière sur les arbres tout droit sortis d’Avatar commence, et il n’y a pas à dire, ça ça envoie du lourd ! Franchement j’ai kiffé. Et c’est gratuit les enfants ! Foncez ! Quelques photos non professionnelles pour vous mettre en appétit.

Mes deux nouveaux amis veulent maintenant monter sur le pont qui relie les arbres Avatariens (l’OCBC skyway) mais il faut encore payer (8$), je commence à être gênée mais heureusement pour moi, il y a trop de vent et donc on ne peut plus monter. On va donc sur l’esplanade pour aller voir le laser show, mais on l’a raté. De toute façon, le dernier MRT va bientôt partir, il faut que je rentre. Par contre, même sans le laser show, la balade sur l’esplanade le soir vaut vraiment le coup, tout est illuminé, c’est magnifique.


le 13 juin 2016

Après une journée à ne rien faire, je me remotive et je vais à Chinatown. Alors quand je pense Chinatown, je pense bruyant, sale, blindé de gens et de trucs chelous. Mais, ici, à Singapour, ce quartier est comme le reste : organisé et propre. Bref, ce n’est pas un Chinatown quoi ! Bon je dis ça mais j’ai kiffé. C’est vraiment un très beau quartier, avec quelques temples par ci par là, c’est coloré et vous inquiétez pas, on trouve quand même pleins de babioles à acheter. C’est quand même marrant, il n’y a pas une maison un peu délabrée, pas une façade qui mérite d’être ravaler, rien, tout est nickel. Comment font-ils? Bref, sinon à Chinatown, il y a la rue des restaurants, vous pouvez manger des nouilles pour 4 – 6$, c’est raisonnable.

L’après midi, un de mes amis du premier jour m’appelle, vous savez, ceux qui logent au Marina Bay. Tu veux pas venir à la piscine ? – La piscine qui est tout en haut, sur le toit de l’hôtel ? – Oui, cette piscine.

Alors, à ce moment j’ai eu une conversation avec mon ange et mon démon intérieur. « Tu sais qu’il te drague un peu – Oui mais la piscine quoi ! – Oui mais ça serait profiter de lui – N’importe quoi, ça ne lui coûte rien au fond – C’est vrai – Oui mais il va croire que tu y vas pour lui – Tapes Infinity pool sur Google – Whaouu truc de fou – Tu vois, faut y aller – Désolé côté ange, mais côté démon a raison, on y va ! » 

Bravo si vous avez réussi à suivre cette conversation schizophrène entre moi, mon côté ange et mon côté démon. J’y vais et là le kiff. Regardez moi comment je me la pète sur cette photo :

Infinity pool Singapour.jpg

Bon ok, le gars a clairement tenté de m’embrasser mais clairement, on était en public, je ne risquais rien du tout et je suis assez grande pour me défendre. Je suis passée par la chambre pour me changer et truc de ouf la chambre. Je n’ai jamais vu ça, et il m’a dit que c’était l’une des moins chères, ben j’imagine pas le reste alors.

Le soir, je change de couchsurfeur, mon indien numéro 1 ou Immanuel a de la famille qui vient. Avant de partir, on se fait un gros HUG et il a pensé à me ramener du coca en rentrant du boulot. C’est bête, c’est une petite attention, mais ça m’a fait super plaisir, qu’il ait fait attention que c’était ma drogue et qu’il ait pensé à m’en ramener. Adorable. Et ça ne s’arrête pas là car je lui explique que mon téléphone galère et ne fonctionne plus vraiment. Et là, il me propose de prendre son ancien téléphone, whaouuu. Je suis restée trois jours chez lui et il me donne un téléphone. C’est une grande claque dans la tête, je me rends compte à quel point les gens peuvent être gentils, serviables, généreux. Je crois vraiment au karma, si tu fais quelque chose de bien, quelque chose de bien t’arrivera. Pendant tout mon voyage j’ai essayé d’être gentille, aidante, souriante, positive, et jusque là le karma me le rendait chaque jour, et ce jour là, encore une fois, ma chance était avec moi. Je ne pourrais jamais le remercier assez. C’est bête mais un téléphone ça permet de rester connecté, c’est mon GPS, mon bloc note, tout quoi, il ne sais pas à quel point il m’a aidé et à quel point son geste m’a touché. MERCI

Bref, je pars et j’atterrie chez Abbhi ou indien numéro 2.  Un voyageur de fou, qui a déjà parcouru une bonne partie de la planète, qui travaille comme un taré pour accomplir son rêve et ça, les gars, c’est motivant de ouf. Il m’accueille chez lui et je me sens directement comme chez un pote. Je vous avez dit que j’avais de la chance.


Le 14 juin 2016

Aujourd’hui je me rends sur Sentosa, ou l’île qui sent le plastique, en effet, elle est fausse de A à Z. Mais bon, on va pas cracher dans la soupe, c’est quand même super qu’ils aient fait ça. C’est un peu une île dédiée au divertissement. On y trouve, des plages, un Universal Studio, une pâle copie du parc Guell de Barcelone, une tyrolienne, un aquarium, des hôtels, des vélos à louer, un chemin pour les amoureux, un musée madame Tussauds, un parc de papillons et d’insectes, un parc à eau, un musée sur je ne sais plus quoi, des luges d’été, un simulateur de saut en parachute, des bars, des restaurants, ….. Bref, vous l’aurez compris, c’est blindé de trucs à faire. Moi en tant que backpacker fauché, je profite juste de la plage, qui est, on va pas se mentir, Dégueulasse ! le sable est blanc, ok mais l’eau est pas très belle pour la région et le pire c’est qu’au loin (enfin, pas si loin) on voit des énormes paquebots et des plateformes pétrolières. J’ai l’impression d’être de retour à la maison à Dunkerque.

sentosa

Mais bon, je profite quand même du moment. Je regarde les gens qui s’amusent. Et je me tape même un kiff que je partage en direct sur Facebook, ben ouais, je suis une meuf trop connectée t’as vu ! En plus je le poste en anglais quoi, trop bilingue.

Just chilling on the beach, listening moonlight serenade of Gleen Miler and La vuela del mundo of calle 13 in repeat mode, feeling the sand and the sun, watching the blue sky and the palms, thinking about the amazing things I saw when I dived two weeks ago, about my mother’s smile when we went to the elephant park and about everything I have done in one year. That’s happiness, that’s perfect.

Le soir, mon adorable hôte couchsurfing, m’emmène dans un restaurant indien, dans le quartier indien. Je mange vraiment vraiment bien. Je me régale. Alors le quartier indien c’est peuplé. Il a du monde de partout. Et c’est très dépaysant. Tous ces gens que tu n’as pas l’habitude de voir, dans des tenus qui pour toi sortent de film Bollywoodiens, des musiques dans des langues que tu n’as jamais entendu au part avant. J’en prends plein les yeux et les oreilles. Heureusement que j’ai mon guide personnel pour ne pas me perdre. Et le pire reste à venir, on rentre dans ce célèbre centre commercial ouvert 24h sur 24. C’est un immense labyrinthe, je n’ai jamais vu ça de toute ma vie. Attends j’ai oublié les bananes, faut redescendre de 5 étages – Merde il est où ascenseur ? Il est pas par là ? – Zut, je ne peux pas aller par là, le caddie ne passe pas. C’est un grand n’importe quoi et franchement si mon hôte n’avait pas des courses à faire je n’y serais jamais rentrée par peur de me perdre. Encore une fois, ce moment a été l’occasion de me montrer à quel point les gens peuvent être généreux. Abbhi, se met en tête de m’acheter un souvenir de Singapour et je me retrouve avec deux tee-shirts. Comme si j’avais besoin de ça pour ne pas oublier ce pays.


Le 15 juin 2016

Aujourd’hui, c’est mon dernier jour à Singapour et j’ai décidé de … NE RIEN FAIRE ! Et oui, des fois, en voyage, il faut savoir se prendre des repos, des petits jours de congé. Je profite du luxe d’être chez mon hôte, avec une vraie douche, une machine à laver, un ordinateur, du wifi qui fonctionne vraiment vraiment bien et j’appelle ma famille et mes amis pendant des heures. Je me reconnecte avec la réalité, et dans 2 mois, je rentre… Mon hôte ou Abbhi (appelons le par son prénom) rentre et voit que je n’ai rien fait de la journée. Bon ben on bouge! Et voilà qu’il m’emmène manger dans le quartier arabe et là, whaouuu ! Cette petite rue piétonne avec la mosquée qui brille de milles feux en arrière plan et le chant de la prière, c’est magique. J’adore. Et en plus on mange dans un restaurant libanais super bon (oui, on fait que manger). Je n’ai pas vraiment eu le temps de profiter de ce quartier, mais rien qu’en le traversant je me rends compte qu’il est super beau et que c’est un MUST !


Singapour c’est finit, même si je ne sais pas à ce moment là que je vais vite y retourner. J’ai rencontré deux personnes (Immanuel et Abbhi) incroyables, aux petits soins avec moi, adorables,  généreux. C’est une leçon de vie, c’est un re pleins de bonheur, c’est magique. Je dois vous l’avouer, je suis partie avec les larmes aux yeux.


Aller on retourne à Bangkok ! 

Laisser un commentaire

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :