TUPIZA & UYUNI, PREMIERS PAS EN BOLIVIE

TUPIZA & UYUNI, PREMIERS PAS EN BOLIVIE

Et j’entame mon dernier pays en Amérique latine

Le 18 avril 2016


Ca y est, j’y suis, la Bolivie, dernier pays de mon périple de 10 mois en Amérique Latine. Et je vous avoue que je suis contente d’être accompagnée par ma petite Géraldine pour ceux qui suivent car la Bolivie c’est tout de même assez particulier. Il faut savoir que c’est le pays le plus pauvre du continent, ce qui veut dire que ce n’est pas le pays le plus développé. Autant dire qu’on est content quand on a un wifi qui fonctionne et une douche vraiment chaude. Alors oui je suis une aventurière mais une douche froide ça va, deux ça va toujours mais au bout de trois-quatre on commence vraiment a en avoir marre, je vous le dis. En plus de ça, faut l’avouer, les Boliviens ne sont pas les personnes les plus accueillantes et agréables. Si l’un d’entre eux vous sourit, faites un vœu, c’est un peu comme les étoiles filantes, c’est rare. Et surtout ne les prenez pas en photo, ils n’aiment pas ça, mais ça, je peux comprendre, ce ne sont pas des bêtes de foire après tout.

Le passage de la frontière est vraiment très… déstabilisant. D’un coup, les rues sont jonchées de déchets, c’est sale, très sale. Les bus font de la peine et on se demande comment ça se fait qu’ils roulent encore. Et le pire, ce sont les gens. Je suis arrivée avec Géraldine et deux autres mecs et ils nous sont tout de suite tombés dessus avant même d’arriver à la centrale de bus. « Potosi Potosi 20 Bolivianos » « Tupiza Tupiza » « La paz, directo ». Ils sont je ne sais combien, ça crie dans tous les côtés. Whaouu, le CHOC. Je décide rapidement d’acheter un billet pour le premier bus qui part pour Tupiza (15 bolivianos) et je ne négocie même pas le prix pour qu’ils me laissent tranquille. Une fois le billet acheté, ils nous laissent en paix, comme par magie. On attend le départ du bus assises sur le trottoir en regardant le spectacle qui s’offre à nous. Les sacs plastiques volent dans tous les sens, les vendeurs de tickets de bus crient dans tous les sens en répétant à tue-tête la même chose, les dames habillées de grands jupons et d’un tablier, coiffées de leur chapeau melon et de deux tresses, portant sur leur dos, enfant ou je ne sais quoi, circulent autour de nous… C’est on ne peut plus dépaysant. On voit même une dame sortir du bus en courant, se mettre en plein milieu de la rue, écarter les jambes sous sa jupe et uriner, comme ça, devant tout le monde et toute habillée. Ça, ça a vraiment choqué la pauvre Géraldine qui n’en croyait pas ses yeux.

Boliviens Villazon

Comment traverser la frontière Argentine – Bolivie ? 

Prendre un bus jusqu’à la Quiaca, marcher tout droit pour traverser la frontière (demandez la frontiera) (15 – 20 min) pour arriver à Villazon. Et voilà !

 

Arrivées à Tupiza on nous accoste tout de suite pour un hostel: Pedro Arraya. Eau chaude, wifi, 5 euros la nuit en dortoir, je ne réfléchis pas trop et j’accepte. C’est ici que je fais la connaissance de Thomas et Nico, deux autres Français. On a un grand dortoir juste pour nous, super! Et le courant passe tout de suite entre nous.

Village de Tupiza Bolivie


Le 19 avril 2016

Aujourd’hui c’est cheval ! Une première pour Géraldine. On sera accompagnées de Nico et de deux nouveaux amis : Alba et Dimitri un couple Belgo-espagnol qui finiront par être nos parents adoptifs.  Les alentours de Tupiza sont magnifiques et la balade vaut vraiment le détour. Il me semble que cela nous a coûté environ 20 euros par personne et après avoir fait le tour des agences, on s’est rendu compte qu’ils faisaient tous les mêmes prix. Moi j’ai kiffé la balade. En plus, le guide nous a laissé faire un peu ce que l’on voulait du coup, au galop ! Yeah !!!

Balade à cheval Tupiza Bolivie

Le soir on mange de nouveau avec nos amis de dortoir Nico et Thomas. On délire vraiment ensemble. Bref, je surkiff cette journée.


Le 20 avril 2016

Aujourd’hui départ pour le tour d’Uyuni avec Géraldine toujours, Alba et Dimitri (Rappelez vous, le couple Belgo-espagnol !). On part en famille quoi ! Alors, le tour en partant de Tupiza est de 4 jours et coûte 1250 bolivianos, oui je sais, c’est cher.

Mais partir de Tupiza et non d’Uyuni a plusieurs avantages :

1 – Tupiza est plus jolie qu’Uyuni
. Non Tupiza n’est pas une ville qui fait rêver, mais elle reste beaucoup plus petite et plus agréable qu’Uyuni qui est vraiment moche.

2 – Moins d’agences donc moins d’arnaques. A Tupiza vous trouverez une demie-douzaine d’agences, à Uyuni plus de 80 ! A Tupiza, toutes les prestations proposées étaient quasi identiques et il nous a semblé y avoir moins de non dit que ce que nous avons pu lire sur Uyuni. Je recommande d’ailleurs deux agences : La Torre et Tupiza Tour. Nous on a pris avec notre hostel et je ne recommande pas du tout !

3 – Il y a moins de monde qui part de Tupiza et on fait le tour dans l’autre sens. Et ce n’est vraiment pas négligeable ! Parce traverser des paysages magnifiques, s’arrêter à des points de vue à couper le souffle et voir des rangées de 4×4 autour de soi, ça casse l’ambiance.

4 – Le tour classique est de 4 jours alors qu’il n’est que de 3 au départ d’Uyuni. Et franchement les lieux sont tellement magiques que cela vaut le coup. Cela dit à Uyuni vous pourrez aussi faire un tour de 4 jours, mais il faudra trouver des compagnons qui ont la même envie pour compléter la voiture.

5 – On finit par le salar. Puisqu’on fait le tour dans l’autre sens, on garde le meilleur – du moins le plus attendu – pour la fin. Et faire les fameuses photos trompe-l’oeil quand on a appris à mieux se connaître avec ses compagnons de route, c’est toujours plus drôle. Au départ d’Uyuni, ce sera une des premières choses que vous verrez.

6 – On profite du lever de soleil sur le salar. Et qu’est-ce que c’est beau ! Le départ d’Uyuni se fait dans la matinée et donc pas de lever de soleil, sauf si vous partez pour 4 jours en vous arrêtant la première nuit vers le volcan Thunupa.


7 – On visite le far west bolivien
. Le premier jour de visite permet de traverser le sud bolivien et ses montagnes arides et colorées et ce serait vraiment dommage de se priver de ses paysages à couper le souffle.

8 – On peut choisir de s’arrêter à Uyuni ou de redescendre à Tupiza à la fin. Pratique ! Mais attention de bien le spécifier avec l’agence au départ, sinon certains guides tenteront de vous faire payer le retour jusque Tupiza.

9 – Maximum 6 dans une voiture. Guide et cuisinière comprise ! C’est à dire que chacun aura toujours une fenêtre. Depuis Uyuni, c’est 7 personnes en général, il y en a donc 2 devant, 3 au milieu et 2 à l’arrière (sauf en cas d’agence peu scrupuleuse qui rajoute une 3ème personne à l’arrière, mais là c’est vraiment abusé !). Alors vu qu’on passe quand même de nombreuses heures à rouler, mieux vaut être confortable !

10 – On a une cuisinière avec nous. Pas franchement essentiel. Car que ce soit la cuisinière du groupe ou celle de l’auberge, tout est préparé le soir. Mais quand on tombe sur une cuisinière sympathique, c’est toujours agréable de pouvoir discuter avec plus de locaux.

Bon, nous on est tombés sur un chauffeur-guide et une cuisinière pas très causants et un quatre-quatre en piteux état qui a crevé deux fois mais au moins on été dans l’authentique et après coup, on en rigole.


Prévoir une clé USB avec de la musique ou un câble auxiliaire, une lampe et un sac de couchage pour les frileux car la nuit il fait très froid. A savoir : il n’y a pas de douche ni d’é
lectricité le premier soir et après il faut payer 10 bolivianos la douche. Autre point important : demandez bien qu’on vous explique ce qu’il y a à payer sur place, parce que le coup des douches on nous l’avait pas dit et il y a également l’entrée d’une réserve, des sources d’eaux chaudes et d’autres bricoles à payer.

 

Alors oui c’est cher, mais ça vaut vraiment le coup. Moi personnellement j’ai kiffé et j’ai eu de la chance, je suis vraiment tombée sur un bon groupe. On s’est bien éclatés et à la fin on était vraiment comme une famille, on a d’ailleurs continué de voyager ensemble par la suite. Les décors sont magnifiques et les photos qu’on peut y faire encore plus incroyables. Pour moi c’est un MUST, un incontournable. Ces quatre jours resteront un de mes plus beaux souvenirs de voyage.

  

Next station : POTOSI, SUCRE & SAMAIPATA

Laisser un commentaire

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :