VARADERO

VARADERO

Petite aparté sur Varadero sur quoi je n’ai pas grand-chose à dire. On voulait y faire une halte plage pendant deux jours mais la météo n’a pas du tout été avec nous et on n’a même pas pu se baigner. Juste pour faire une remarque sur ce qui se dit sur les forums comme quoi c’est très touristique. Ça c’est vrai, mais je ne pense pas que ce le soit plus que Trinidad par exemple. Au moins ici il n’y a pas de gros groupes de 40 personnes, ou alors je ne les ai pas vus. Peut-être que quand il y a du soleil, il y a plus de monde. C’est même certain, car quand il ne fait pas beau, il n’y a rien à faire. Le seul intérêt de ce lieu est la plage avec son sable blanc et sa mer turquoise.

Plage Varadero Couché de soleil Cuba

Pour nous, ça a été balade le long de la mer agitée, bières et cafés en terrasse, lecture dans le rocking-chair de la casa et shopping dans la multitude de shops qu’il y a le long de la rue principale. Le premier soir, on a bien cru qu’on allait se coucher à 22h. Mais après quelques bières et une discussion super intéressante avec un canadien de 60 ans super cultivé, on a rejoint les deux allemands avec qui on avait fait la route jusqu’à Valadero dans un bar. On s’est retrouvés, je ne sais comment, avec deux néerlandais, un russe, un australien, un je ne sais quoi, les deux allemands et nous trois. On est passé d’un bar à un autre pour finir dans un bar dansant ambiance reggaeton ! Ça m’a fait un bien fou de danser, surtout ici à Cuba, pays de la musique ! Bref, j’ai passé une superbe soirée.
Sinon deux mots sur ma petite déception de Varadero : la plage est assez sale. Il y a pleins de déchets, des canettes, des bouts de verre. Bref, c’était pas jolie à voir. Et encore, à cause de la mauvaise météo, il n’y avait personne sur la plage. Je n’ose imaginer ce que c’est quand c’est rempli de touristes ! Pour cela, j’ai préféré la plage de Trinidad.

Retour sur La Havane, cette fois-ci en bus ! Pour les bus, il faut acheter son billet la veille voire l’avant-veille car ils partent très vite ! Et bien sûr, quand on arrive à la station à l’heure pour prendre notre bus, des taxis nous proposent le même prix que celui-ci, soit 8 CUC. Ben oui, ils n’ont pas d’avantage comme celui qu’ils avaient à Santa Clara (voir l’histoire du taxi de Santa Clara ici *). On aurait même pu négocier moins cher que le bus car ils savaient qu’il partait 30 minutes plus tard et qu’il n’était pas plein. Mais ça, c’est un peu comme jouer au loto, on ne sait jamais. Car si j’ai bien compris, l’astuce pour avoir un taxi collectif moins cher que le bus, c’est de se pointer un peu avant que le bus parte et espérer qu’il ne soit pas plein. Là l’avantage est pour vous. Mais s’ils savent que le bus est plein ou qu’il n’y en a pas avant plusieurs heures, l’avantage est pour eux. C’est la dure loi de l’offre et la demande et de la concurrence. Bref, tout ça pour dire que j’ai pris le bus cette fois-ci. C’est plus long mais c’est tout de même plus confortable.

C’est déjà l’heure de retourner à La Havane.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :