YUCATAN, IZAMAL, CIMETIÈRE DE HOCTÙN & CENOTES DE HOMUN

YUCATAN, IZAMAL, CIMETIÈRE DE HOCTÙN & CENOTES DE HOMUN

Jeudi 4 décembre 2015

Je me réveille et il est … 11h ! Merde ! Enfin, zut ! Du calme Alphonse, c’est les vacances ! Je prends rapidement la route pour Izamal, Gaël me l’a conseillé. J’arrive et là, déception. Il fait tout gris, du coup le jaune des bâtiments me donne presque mal à la tête, je ne sais pas comment l’expliquer mais trop de jaune tue le jaune. Je préfère les villes de toutes les couleurs sur ce coup-là. En plus, c’est la fête du village, il y a donc plein de stands un peu dans le genre de nos braderies mais il n’y a personne, c’est vide, c’est glauque. Et ces stands gâchent la vue sur les bâtiments, c’est dommage. Conclusion, c’est à voir si vous avez le temps mais dans d’autres conditions. Pour y aller, outre la voiture, il a des bus qui y vont sinon le stop fonctionne bien dans la région. Bref, je fais le tour de la ville et décolle.

Cathédrale de Izamal, Yucatan, Mexique


Je me rends maintenant à Hoctùn, pas mal de personne parle sur internet de son cimetière typique Maya. Un peu perdue dans le village, je demande la direction à une policière qui passait par là. Je me sentais presque gênée de demander où était le cimetière. Je me m’imaginais la policières en train de penser « qu’est-ce que cette gringa veut aller faire dans le cimetière de mon village? ». Mais bon, d’une, ils doivent être habitués à voir les touristes et de deux, ils n’ont pas du tout le même rapport à la mort que nous. Pour eux, ce n’est pas tabou ou triste comme chez nous, ils ont même une fête des morts à la place d’Halloween. J’arrive sur place et je suis contente, il n’y a personne, ça aurait été gênant de prendre des photos sinon. Pour moi, cela vaut le coup d’œil. C’est complètement différent de ce que l’on a en Europe. Les tombes sont de toutes les couleurs, c’est vraiment beau. Ce n’est pas dans ce genre de cimetière que tu vas aller te promener la nuit pour te donner une frayeur, ici, ça ne marche pas.

 


Malgré la grisaille, il fait super chaud, j’ai envie d’aller me baigner. J’ai déjà fait deux plages, aujourd’hui ça sera donc Cenote, une des spécialités de la région ! Je tape donc cenote sur Google et me rends au cenote le plus proche près d’Homun. Arrivée à Homun, un mec me propose de faire le tour de 5 cenotes dans sa moto taxi pour le prix de 300 pesos. Ça me parait super cher, surtout que j’ai déjà loué une voiture qui m’a coûté un bras. Il me dit que je paierai à la fin et que l’on rediscutera du prix. C’est risqué, pour moi il faut toujours fixer le prix avant, mais il me dit qu’en plus je ne pourrais pas passer avec ma voiture, du coup j’accepte. Je me dis que comme ça je n’aurais pas à réfléchir sur où je dois aller.  Et il avait raison à propos de la voiture, on passe à peine avec sa moto taxi.

Premier cenote : Yaxchilan. Ce qui est très déroutant c’est que l’on est presque sur un terrain à l’abandon et au fond, il y un énorme trou avec un escalier pour y descendre. L’eau est bleu quasiment transparente, des lianes tombent du plafond, c’est magnifique. Dommage qu’il n’y ait pas de soleil, ça aurait rendu encore plus beau. Mais la chance que j’ai c’est qu’il n’y a quasiment personne.

Je plonge dans l’eau, enfin, j’y mets un pied puis j’avance petit à petit car elle est un peu fraîche. Je fais quelques brasses. Je me rends compte que c’est vraiment très profond à certains endroits car il est impossible de voir le fond malgré l’eau transparente qui permet une visibilité de plusieurs mètres. Ça me donne presque les pétoches. J’imagine qu’un monstre marin peut sortir de ce trou béant et m’attraper la jambe. Oui je sais, j’ai beaucoup d’imagination. Du coup, je reste au-dessus des endroits où je vois le fond, ça me rassure. Je me rends compte que le guide va rester là à m’attendre pendant que je fais mumuse. Au début, je trouvais ça gênant, le pauvre, mais en fait ça c’est avéré être très pratique car il a pu être mon photographe personnel. Je n’ai jamais eu autant de photo de moi.

On se rend au deuxième endroit : los tres ochos. Son nom vient du fait qu’il y a trois trucs sur le terrain : deux cenotes et une grotte. On se dirige vers un tout petit cenote. Il m’explique qu’on peut s’y baigner. Oui ben je passe mon tour, rien que de l’imaginer je suffoque.

Cenote de los tres ochos Yucatan Mexique

Ensuite la grotte. En fait ce qui était cool c’était la montée et la descente pas du tout sécure, raide et sans prise. Mon short est d’ailleurs mort dans la bataille. Mais en bas, oui bon c’est un trou avec de l’eau. C’est tout tout petit.

Grotte de los tres ochos Yucatan Mexico Grotte de los tres ochos Yucatan Mexique

Puis le dernier cenote, c’est mignon, sans plus.

Deuxième cenote los tres ochos Yucatan Mexique

Donc si vous faites ce tour, économisez votre temps sur ce site, vous pouvez faire sans, à moins que vous vouliez faire la petit descente et remontée dans la grotte, mais elle est vraiment minime.

Avant de se rendre sur le site suivant, je demande pour que l’on s’arrête manger dans un petit buibui au milieu de nul part. C’est super bon et sympa dans un petit jardin. C’est toujours dans ce genre d’endroit qu’on mange le mieux.

Cenote suivant : San Antonio. Je nage dans une grotte, toute seule, avec de l’eau transparente. « What else ? » (tun tun tun – musique de fin et George s’en va). Je me mets sur le dos et admire le plafond : des stalactites (pause astuce : stalacTite – Tombante, salagMite – Montante. De rien, c’est gratuit) et les reflets de l’eau. C’est magnifique !

Cenote de San Antonio Yucatan Mexique

Enfin on se rend à la grotte Santa maria. On se dirige d’abord vers un coin de la grotte non éclairé. Il me dit que je vais aller me faire un masque de je ne sais quoi. Il me fait passer par des endroits pas possible, on a de l’eau jusqu’à la poitrine avec nos affaires au-dessus de la tête. Puis, il me dit de laisser mes affaires dans un genre de petit niche naturelle dans la roche, je n’ai pas du tout confiance pour tout vous dire. On passe dans un petit, minuscule trou en mode spéléologie où il y a à peine la place pour faire passer mon appareil poto hors de l’eau. Je ne suis pas du tout rassurée. On arrive au fond, dans le noir pour s’enduire de boue, il parait que c’est bon pour la peau. Puisn rebrousse chemin pour passer du côté éclairé avec eau cristalline. Quelle chance j’ai d’avoir cette grotte rien que pour moi.

grotte Santa maria Yucatan Mexico grotte Santa maria Yucatan Mexique

À ce moment le gars devient bizarre, il me parle de sexe et de je ne sais quoi. Puis il me demande ce que je fais si un fou arrive et me demande un truc. Petit moment de stress puis je lui dis « Bon le fou c’est toi si j’ai bien compris, qu’est-ce que tu veux ? ». J’imaginais qu’il voulait me voler ou je ne sais quoi, avec l’imagination débordante que j’ai, je pars très loin. Et là il me sort « Tu peux me montrer tes seins ? ». Whaaaaaat ? J’explose de rire ! « Mais bien sûr, ramène moi à ma voiture !

Journée terminée, retour au bercail. J’en aurait eu pour 200 pesos.

La suite, avec la visite de Mérida et du site de Dcebilchantùn, c’est ici 

Laisser un commentaire

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :